Contenu

Abricot - Année 2020

Abricot : cumul de difficultés

(mise à jour au 1er juin 2020)

En mai, la hausse des températures est accompagnée d’une pluviométrie fortement excédentaire qui vient fragiliser des fruits déjà peu abondants.
Le rendement est en effet réduit par plusieurs facteurs : le manque de froid hivernal, puis le gel survenu fin mars dans les Bouches-du-Rhône et en Vaucluse, affectant fortement les variétés précoces, et enfin le vent à l’origine du phénomène de chute physiologique.
A ce stade de la campagne, la production régionale est estimée à 12 100 tonnes soit en baisse de 51 % par rapport à la campagne 2019. Le rendement moyen est inférieur de 43 % à la moyenne quinquennale.
La commercialisation en frais est difficile en raison du manque de tenue des fruits et des faibles volumes.

En avril, les chutes physiologiques sont nombreuses et les rendements très hétérogènes, avec des pertes de production très sévères dans certaines parcelles. En effet, au manque de froid hivernal entraînant une saison d’alternance pour certaines variétés, s’ajoutent les fortes gelées des 24 au 26 mars. Elles ont frappé le Vaucluse (-7 °C à Sault) et dans une moindre mesure les Bouches-du-Rhône.
La campagne 2020 s’annonce difficile, marquée par l’impact des gelées, y compris sur les variétés tardives, et par les problématiques de commercialisation et main d’œuvre.

Abricot 2020


Voir les bilans agricoles annuels de la région PACA
Voir les études et bilans sur les fruits en région PACA
Voir le dernier bilan de campagne national sur l’abricot