Contenu

Abricot- année 2019

Bilan de campagne 2019

Une campagne décevante
(mise à jour au 1er octobre 2019)

L’abricot est affecté par les aléas climatiques de l’année qui fragilisent le produit et réduisent les calibres. Durant toute la saison, ces difficultés qualitatives perturbent le marché et l’ambiance commerciale manque d’engouement. Le manque de consommation et la vive concurrence italienne qui pénalisent les principaux débouchés à l’export sont les principaux facteurs d’une commercialisation décevante.
Dans un contexte d’offre nationale réduite, l’abricot régional n’est pas valorisé. Les prix démarrent bas et se maintiennent à un niveau inférieur aux moyennes quinquennales tout au long de la saison. Seul le Bergeron tire son épingle du jeu avec des cours supérieurs. Le cours moyen est inférieur de 10 % à la moyenne quinquennale en variétés tardives et supérieur de 7 % en Bergeron.

Une production inférieure aux prévisions
Après une récolte 2018 déficitaire, la production régionale est supérieure de 11 % à la moyenne quinquennale, mais inférieure à la récolte attendue, avec une dominance de petits calibres. Les différents aléas climatiques (grêle en juin suivie d’un fort mistral) réduisent le potentiel de production avec un tri important dirigé vers l’industrie ou vers la grande distribution en colis pour confiture. De plus, les fortes températures, dès le mois de juin, et qui perdurent tout au long de la saison, fragilisent les fruits.

Une commercialisation décevante
La récolte démarre fin mai avec une dizaine de jours en retard suite au rafraîchissement des températures courant mai. Le début de la commercialisation est difficile compte tenu de la surcharge de petits calibres A et B. Il est difficile de satisfaire totalement les engagements en 2A entraînant des coupures de lignes en grande distribution. Dans cette situation, le dégagement s’effectue vers les GMS en colis pour confiture.
Les prix démarrent bas pour faire face aux apports et le marché ne s’installe réellement que mi-juin. Le basculement avec les origines Espagne et France se fait correctement et l’amélioration de la météo permet de stabiliser le marché avec une offre variétale de meilleur calibre et qualité gustative (variétés type Orangé-Rouge et Orangered). L’arrivée rapide des fortes températures limite ensuite les apports. La demande s’active et se positionne principalement sur l’Orangered, à l’offre plus limitée cette année, au détriment des autres variétés. Les cours se raffermissent mais demeurent inférieurs à la moyenne quinquennale.
La consommation décline dès la mi-juillet. L’abricot est « boudé » par le consommateur, conséquence de l’hétérogénéité qualitative avec des lots grêlés ou marqués par la canicule (brunissement interne). Seules les nombreuses opérations permettent de maintenir les lignes en GMS mais le produit manque de référencement en rayon au profit de la pêche nectarine. Le marché est lourd et fragilisé conduisant les acheteurs à la prudence.
Cette situation se poursuit en août avec une demande toujours insuffisante pour absorber des volumes encore conséquents. Le manque de Bergeron se fait ressentir et les lots affectés par la canicule sont nombreux. Les engagements de la grande distribution maintiennent une certaine fluidité dans les sorties mais les prix sont bataillés.
La saison s’achève dans la région mi-août. Elle laisse une impression de déception : dans un contexte d’offre nationale réduite par les divers aléas climatiques, l’abricot régional pouvait espérer à une meilleure valorisation.

Au détail, les prix sont inférieurs de 15 % par rapport à 2018. Malgré un taux de présence plus important cette année (+12%), le produit manque de visibilité et de mise-en-avant en rayon.
A l’export, la France perd des parts de marché face aux abricots italiens et espagnols avec une bonne qualité dès le début de saison et des prix attractifs. Le marché est réduit vers l’Allemagne, conséquence d’un surcroît de volume à écouler sur le marché intérieur.

Abricot Orangé-rouge 2019


Voir les bilans agricoles annuels de la région PACA
Voir les études et bilans sur les fruits en région PACA
Voir le dernier bilan de campagne national sur l’abricot