Contenu

Approvisionnement en produits durables de la restauration collective

La loi Egalim du 1er novembre 2018 fait suite aux états généraux de l’alimentation souhaités par le Président de la République. Elle est le reflet d’une demande sociétale forte pour une alimentation de qualité et durable et se veut un outil au service de la restauration collective pour répondre aux attentes de la société.

Des objectifs ambitieux !
- sur la qualité des denrées : 50% (en valeur en euros) de produits ayant un faible impact sur l’environnement ou sous signe d’origine et de qualité (AB, AOP, IGP...) dont 20% de produits issus de l’agriculture biologique d’ici 2022.
- sur la nutrition : un repas végétarien (sans chair animale) par semaine, la mise en place d’un plan protéines végétales
- sur la lutte contre le gaspillage alimentaire : potentiellement une extension d’obligation de convention de don avec une association caritative
- sur l’environnement : arrêt de tous les plastiques d’ici 2025

Des interrogations ! et des moyens pour y parvenir
Combien cela va-t-il coûter ? De nombreux exemples prouvent que l’achat de denrées durables et de qualité peut se faire à budget constant. Par exemple, acheter des fruits et légumes locaux ne coûte pas plus cher. Les légumineuses sont une source de protéines bien moins chères que la viande ou le poisson. Enfin, il faut mener en parallèle un travail sur la lutte contre le gaspillage alimentaire (20% du repas est jeté !!).

Y en aura-t-il pour tout le monde ? La politique agricole de la France prône les méthodes agronomiques les plus durables et les productions de qualité (agroécologie, agriculture biologique, Siqo...). Cette politique nationale couplée à la structuration des filières au niveau régional doit permettre d’assurer aux acheteurs une production régionale de qualité pour une majorité de produits (la banane provençale n’est pas encore à l’ordre du jour !).

Comment trouver ces denrées ? Le travail de sourcing, prévu par le décret sur les marchés publics de 2016, est nécessaire pour connaître l’offre et la logistique locales. Les chambres d’agriculture et les services restauration des collectivités ont une bonne connaissance des producteurs et des transformateurs de votre territoire. Par ailleurs, des outils de mise en relation entre les producteurs et les acheteurs existent (grossistes, plateformes comme agrilocal, réseau alimentaire REGAL...).

Comment cibler ces denrées dans mon marché public ? L’outil Localim a été créé en 2016 par le ministère de l’agriculture afin d’aider les acheteurs à rédiger un marché public visant la qualité des produits. Par ailleurs, l’outil de l’agence régionale pour l’environnement va encore plus loin en proposant des rédactions types pour les fruits et légumes. Enfin, la loi Egalim prévoit la mise en place de nouveaux guide d’aide aux acheteurs pour 2019.
De nombreux exemples de réussite existent en PACA et en France. Le pôle alimentation de la DRAAF PACA se tient à votre disposition pour toute rencontre, renseignement et mise en réseau avec les acteurs œuvrant sur la thématique de l’alimentation durable.
frederika.lhuissier@agriculture.gouv.fr
pierre-noel.canitrot@agriculture.gouv.fr

Les outils pour faciliter l’accés à la restauration collective aux productions issues des circuits courts ou de proximité
http://draaf.paca.agriculture.gouv....Présentation des outils mis en place par le MAAF pour accompagner les collectivités locales et les filières agricoles dans une démarche d’ancrage territorial.
 
Restauration collective : Connaitre l’offre alimentaire en région PACA
Le“ sourcing” est une méthode de recherche et d’évaluation des fournisseurs selon un ensemble de critères qui correspondent aux objectifs que l’acheteur s’est fixés. La connaissance de l’offre constitue une étape incontournable pour la réalisation d’un achat performant.
 
Localim - Présentation de l’outil le 16 décembre 2016 en préfecture de région
Poursuivant le travail de renfort des filières de productions agricoles régionales initié et suivi depuis près d’un an par l’État avec l’ensemble des professionnels agricoles et de la grande distribution, les chambres d’agricultures et les collectivités locales, Stéphane BOUILLON, préfet de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, préfet des Bouches-du-Rhône, a réuni ce vendredi 16 décembre des acheteurs publics de la restauration collective, des représentants du monde agricole, des entreprises de la restauration collective, l’ARPE (Agence Régionale pour l’environnement) et l’ADEME autour de la question de l’approvisionnement de proximité, respectueux de l’environnement et de qualité dans la restauration publique.