Contenu

Céréales - Oléagineux - Protéagineux

Grandes cultures : un rendement en blé dur historiquement bas

mise à jour au 1er septembre 2018

Les pluies incessantes de juin (200 à 250 mm) ont favorisé l’apparition peu courante des fusarioses sur l’épi du blé dur et dans une moindre mesure sur le blé tendre. Les conditions climatiques redeviennent normales en août avec un climat sec typique du pourtour méditerranéen et de la Provence

En céréales, la moisson est désormais achevée. Elle s’est déroulée dans de bonnes conditions climatiques seulement sur 40 % des surfaces de blé dur moissonnées. La situation en blé tendre est tout aussi délicate, cette céréale s’étant récoltée dans un climat majoritairement dégradé.

Ainsi, cette année, une mauvaise récolte se confirme en blé dur. Les rendements sont réduits d’environ 30 % et sont estimés à ce stade à 30 q/ha par rapport à l’année dernière qui étaient une année aux rendements plutôt élevés (43q/ha). Les exploitants estiment que cette moisson en blé dur est la plus faible depuis une vingtaine d’années.
La récolte de blé tendre est également en baisse de 10 % par rapport à l’an dernier. Les rendements dépassent à peine 30 q/ha au niveau régional. Au niveau sanitaire, on constate une pression importante de fusarioses impactant le poids spécifique (PS) et générant une perte de rendement par l’échaudage des grains. Ainsi, le poids spécifique est réduit à 74 kg/hl (grains échaudés) contre 80 kg/hl pour une année normale. Ces maladies fongiques impactent également la qualité des grains (moucheture, mycotoxines). Le taux de protéine est très faible. Le risque d’un transfert en blé fourrager est très probable.

En riz, les surfaces sont en baisse de 15 % environ avec une estimation de 10 000 hectares. La culture se développe sans atteinte sanitaire majeure et dans des conditions climatiques correctes.

En oléagineux, les surfaces en colza diminuent fortement. L’automne très sec et le printemps pluvieux ont rendu difficile la préparation du sol et plus encore les semis. La levée a été tardive.
Toutefois, la récolte de colza s’est déroulée dans des conditions normales malgré une baisse des semis. Les rendements sont stables et s’élèvent à 22 q/ha.

Les récoltes de maïs et de tournesol, cultures d’automne , n’ont pas encore commencé. Les professionnels annoncent des conditions de cultures sans problème majeur. Si les conditions météorologiques ne se dégradent pas, les rendements devraient être dans les normales quinquennales.