Contenu

Conjoncture par produit

Les faits marquants
(mise à jour au 1er août 2017)

En juillet, la précocité des productions observée depuis le printemps, est toujours d’actualité.
Les campagnes de commercialisation de la pomme et de la poire débutent avec dix à quinze jours d’avance tandis que celle de la cerise s’achève de façon précoce. Sur les marchés, le melon s’enfonce dans une crise conjoncturelle qui durera tout le mois. Les melons du Val-de-Loire et du Sud-Ouest, en avance de dix jours, génèrent en effet un afflux d’offre qui dépasse largement et durablement la demande. L’abricot connaît lui aussi une commercialisation difficile avec une crise conjoncturelle du 5 au 13 juillet et des cours moyens inférieurs à la moyenne quinquennale de 25 % à 35 % en juillet.
Le marché de la pêche-nectarine parvient quant à lui se maintenir globalement à l’équilibre grâce aux épisodes de fortes températures venant soutenir la consommation et les cours. Le marché de la tomate subit quant à lui des à-coups au plan national, chahuté par une météo peu favorable à la consommation sur la moitié nord de la France. Les cours des tomates régionales résistent mieux grâce à la météo estivale ensoleillée dans le Sud-Est et la fréquentation touristique.