Contenu

Courgette - Concombre

Courgette - Une concurrence inter-régionale
(mise à jour au 1er juillet 2017)

L’offre régionale se développe en début de mois puis se réduit à partir du 15 juin. Le plein champ domine. Sur les marchés, la demande se disperse sur les zones de production françaises nouvellement arrivées (Centre Ouest, Sud Ouest). Les ventes sont lentes, la consommation semble au ralenti et exacerbe les effets de concurrence entre toutes les régions en production. On observe également la présence de productions belges sur le marché français en toute fin de mois. Les cours sont sensiblement en dessous de la moyenne quinquennale.
Notons des dégâts visibles mais ponctuels, dus à la grêle et au mistral sur les productions Gardoises.



Courgette - Bilan de la campagne 2016

(mise à jour au 1er décembre 2016)

Une campagne en deux temps : équilibrée de mai à fin août, très difficile en septembre

La région a subi un printemps 2016 très arrosé, plutôt frais et peu ensoleillé et les récoltes ont pris un retard d’une dizaine de jours. La production de courgettes est en effet particulièrement sensible aux variations de températures, de précipitations et d’ensoleillement.
Les bassins concurrents étant eux-aussi impactés par une mauvaise météo, le marché est facilement équilibré entre offre et demande de mai à août. Sur cette période, le bilan est plutôt positif pour les producteurs régionaux, la production récoltée étant totalement écoulée sur le marché.
Le mois de septembre connaît un revirement spectaculaire avec une offre pléthorique : la production régionale abonde en raison de la hausse des surfaces de plein champ, les autres régions de production jusqu’alors discrètes sont présentes, et l’Espagne fait son retour traditionnel sur les marchés.
Les cours sont au plus bas pendant plusieurs semaines et le produit est déclaré en crise conjoncturelle du 9 au 23 septembre. Les volumes commercialisés sur cette période sont estimés à 20% des volumes de la campagne.
Le prix moyen pondéré de la campagne (mai à septembre) s’élève à 0,70 €/kg. Il est inférieur à celui de 2015 (0,77 €/kg) et à la moyenne quinquennale (0,78 €/kg). Bien que la campagne ait été globalement équilibrée pendant quatre mois, le 5ème et dernier mois a fortement dégradé les résultats.
La surface régionale est estimée à la hausse de l’ordre de 4 % (avec une baisse de 22 % des productions sous serres plus que compensée par le plein champ), tandis que l’augmentation de la production est évaluée à 13 % par rapport à 2015. Au niveau sanitaire, la pression d’aleurodes élevée a eu peu de conséquences. La pression d’oïdium et de mildiou a, quant à elle, engendré quelques pertes.


Courgette verte
Pour lire le bilan national de campagne courgette



Concombre - Changement de production en vue

(mise à jour au 1er juillet 2017)

En ce début de campagne, la production régionale s’orienterait plus vers du concombre épineux au détriment du concombre long. Les productions souffrent de la chaleur. La superficie est estimée en baisse de 2 % et la production en recul de 4 %.

Concombre 2017


Concombre - Bilan de la campagne 2016

(mise à jour au 1er décembre 2016)

Des rendements chahutés

Du printemps à l’été 2016, la campagne a été difficile en raison de la météo. En effet, le manque d’ensoleillement, le vent puis les fortes températures ont limité les rendements. D’autres facteurs ont impacté également la production : le changement variétal et la pression sanitaire. En effet, des variétés hybrides ou greffées, plus résistantes à la déformation mais plus sensibles à l’oïdium, ont été semées. Au niveau sanitaire, la pression en aleurodes ainsi que les attaques de pucerons et d’araignées rouges ont été fortes cette année. Le recul des volumes a favorisé les prix. Les cours sont restés supérieurs à ceux de 2015 et à la moyenne quinquennale de mai à la fin de la campagne.
Au niveau régional, les surfaces sont estimées en légère hausse (2 %) par rapport à 2015 et la production en recul de 8 %.


Pour lire le bilan national de campagne concombre