Contenu

Courgette - Concombre

Courgette : Des cours records par manque d’offre au plan européen

(mise à jour au 1er octobre 2017)

En septembre, les prix de la courgette s’envolent pour atteindre des niveaux records. La courgette espagnole a été victime de nombreux problèmes sanitaires et par conséquent est absente des marchés européens.
L’offre est moindre au plan régional également : Les nuits fraîches et le manque de luminosité réduisent sensiblement les rendements.
Sur la campagne, les surfaces régionales sont estimées en repli de 6 % et la production de 9 %.
En août, la concurrence entre les bassins est toujours réelle et la demande, notamment en grande distribution, s’oriente vers d’autres fournisseurs (Centre de la France notamment). Les cours sont inférieurs à la moyenne quinquennale de l’ordre de 10 % en courgette verte longue, après un mois de juillet également difficile sur les marchés.
En juillet, une guerre des prix s’installe en effet mécaniquement entre le sud de la France et les autres régions. La fin juillet est marquée par une offre nationale supérieure aux besoins. Beaucoup de producteurs de plein-champ ont en effet choisi, comme les années précédentes, de maintenir à un haut niveau leur production sur cette période. De plus, cette année, à l’inverse des campagnes précédentes, les autres régions n’ont pas subi d’intempéries susceptibles de réduire leurs rendements.
Courgette 2017



Concombre - Les plants souffrent de la chaleur

(mise à jour au 1er septembre 2017)

La campagne de concombre a démarré en juin. La superficie régionale est estimée en baisse de 2 % et la production en recul de 4 %. La production régionale s’orienterait cette année davantage vers du concombre épineux au détriment du concombre long.
En août, les fortes chaleurs estivales ont rendu difficiles la culture du concombre en Provence : les plants souffrent de la chaleur. Ce temps chaud et sec est aussi favorable aux acariens, très présents en début de campagne.

Concombre 2017



Courgette - Bilan de la campagne 2016

(mise à jour au 1er décembre 2016)

Une campagne en deux temps : équilibrée de mai à fin août, très difficile en septembre

La région a subi un printemps 2016 très arrosé, plutôt frais et peu ensoleillé et les récoltes ont pris un retard d’une dizaine de jours. La production de courgettes est en effet particulièrement sensible aux variations de températures, de précipitations et d’ensoleillement.
Les bassins concurrents étant eux-aussi impactés par une mauvaise météo, le marché est facilement équilibré entre offre et demande de mai à août. Sur cette période, le bilan est plutôt positif pour les producteurs régionaux, la production récoltée étant totalement écoulée sur le marché.
Le mois de septembre connaît un revirement spectaculaire avec une offre pléthorique : la production régionale abonde en raison de la hausse des surfaces de plein champ, les autres régions de production jusqu’alors discrètes sont présentes, et l’Espagne fait son retour traditionnel sur les marchés.
Les cours sont au plus bas pendant plusieurs semaines et le produit est déclaré en crise conjoncturelle du 9 au 23 septembre. Les volumes commercialisés sur cette période sont estimés à 20% des volumes de la campagne.
Le prix moyen pondéré de la campagne (mai à septembre) s’élève à 0,70 €/kg. Il est inférieur à celui de 2015 (0,77 €/kg) et à la moyenne quinquennale (0,78 €/kg). Bien que la campagne ait été globalement équilibrée pendant quatre mois, le 5ème et dernier mois a fortement dégradé les résultats.
La surface régionale est estimée à la hausse de l’ordre de 4 % (avec une baisse de 22 % des productions sous serres plus que compensée par le plein champ), tandis que l’augmentation de la production est évaluée à 13 % par rapport à 2015. Au niveau sanitaire, la pression d’aleurodes élevée a eu peu de conséquences. La pression d’oïdium et de mildiou a, quant à elle, engendré quelques pertes.


Courgette verte
Pour lire le bilan national de campagne courgette


Concombre - Bilan de la campagne 2016

(mise à jour au 1er décembre 2016)

Des rendements chahutés

Du printemps à l’été 2016, la campagne a été difficile en raison de la météo. En effet, le manque d’ensoleillement, le vent puis les fortes températures ont limité les rendements. D’autres facteurs ont impacté également la production : le changement variétal et la pression sanitaire. En effet, des variétés hybrides ou greffées, plus résistantes à la déformation mais plus sensibles à l’oïdium, ont été semées. Au niveau sanitaire, la pression en aleurodes ainsi que les attaques de pucerons et d’araignées rouges ont été fortes cette année. Le recul des volumes a favorisé les prix. Les cours sont restés supérieurs à ceux de 2015 et à la moyenne quinquennale de mai à la fin de la campagne.
Au niveau régional, les surfaces sont estimées en légère hausse (2 %) par rapport à 2015 et la production en recul de 8 %.


Pour lire le bilan national de campagne concombre