Contenu

Courgette - année 2017

Courgette - Bilan de campagne 2017

(mise à jour au 1er janvier 2018)

Le Sud-Est profite de la faible concurrence espagnole en fin de saison mais se confronte aux autres régions tout l’été

La chaleur des températures favorise les rendements et avance les calendriers de production sur l’ensemble du pays. La concurrence entre les régions s’en trouve exacerbée et persistante tout au long de l’été. En septembre, l’Espagne, qui subit des problèmes phytosanitaires sur ses cultures, est absente du marché européen largement déficitaire. Les prix s’envolent alors pour le dernier mois de la campagne alors que le Sud-Est est le seul fournisseur important du marché français.

Une mise en place lente
Au printemps, faute de beau temps, l’offre française demeure modeste et ne se développe qu’à partir de la mi mai. La courgette origine Espagne, est présente sur la plupart des rayons avec des cours très concurrentiels. La grande distribution s’oriente progressivement vers la courgette française malgré un fort différentiel de prix (0.95 € /kg pour l’origine France contre 0.69 €/kg pour l’origine Espagne). Pour les GMS, le choix de l’origine française du produit prime alors sur l’aspect prix.

Le centre de la France, premier concurrent de la région
Sur les trois mois d’été, la météo est favorable au développement des courgette. La concurrence entre les courgettes du Sud-Est et de la région Centre se ressent dès juillet pour s’accentuer au mois d’août. Habituellement limités par une météo humide et fraîche, les rendements du Centre sont importants cette saison. Les grandes enseignes de la distribution orientent et fidélisent alors leur approvisionnement sur la région Centre. Les prix se situent en dessous des moyennes quinquennales tout au long de l’été. Si l’état de crise conjoncturelle n’est jamais atteint, les cours demeurent très proches des seuils de crise.

Une offre déficitaire et des prix records
Fin août, l’ensemble de l’offre nationale baisse sensiblement. Les productions du Centre disparaissent et l’Espagne est absente. Les productions ibériques souffrent en effet depuis plusieurs années d’un virus très actif en saison chaude, qui oblige à repousser dans le temps une partie des plantations. Les surfaces maintenues sont fortement touchées. La France enregistre ainsi en octobre 2017 les plus faibles importations de courgettes depuis plus de dix ans (avec 7 300 tonnes) et inférieures de 28% à la moyenne quinquennale.
Le Sud-Est devient en septembre le seul fournisseur important du marché français dans un contexte d’offre très déficitaire. Les cours flambent pour atteindre en septembre des prix supérieurs de 53 % à la moyenne quinquennale ; soit un cours record depuis au moins 5 ans (avec 2.31€ / kg, cours expédition départ Provence).
Les prix très attractifs pour les producteurs retardent les arrachages de ces cultures et permettent aux exploitants d’améliorer leur bilan de campagne. Jouant pleinement la carte de la rareté du produit, ils feront alors jouer la concurrence entre les acheteurs jusqu’à la mi-octobre. Cette dernière partie de campagne est salvatrice pour les opérateurs de la région. Elle permet de rattraper une campagne qui n’était jusqu’à lors que très moyenne.

Le cours moyens pondéré de la campagne atteint 0.737 € / kg en 2017, après et de 0.69€ le kg en 2016. Aucun jour de crise conjoncturelle n’est observé en 2017, contre 11 jours en 2016. Le prix moyen au détail sur la campagne atteint 1.78 € / kg pour 2017, contre 1.58 € / kg en 2016.