Contenu

Fleurs

Marchés du Sud-Est

L’activité s’intensifie en avril

(mise à jour au 1er mai 2017)

Les conditions météorologiques sont propices à la production. La qualité est de mise pour l’ensemble des espèces proposées à la vente.
A partir du 10 avril, la demande se porte sur les fleurs blanches et jaunes aux couleurs papales pour les célébrations des fêtes pascales. Puis, la dernière semaine d’avril, les achats portent sur des fleurs de petite taille susceptibles d’accompagner les brins de muguet de 1er mai. Les prémices de la demande pour les fêtes des mères commencent à se faire sentir, en préparation de cette fête commune aux différents pays (dimanche 14 mai).
Une offre diversifiée et large emmenée par les abondants apports de Pivoine est proposée à la vente en avril. Les volumes en Hélianthus et Campanule progressent. Arrivent sur les marchés les premiers apports de Glaïeul, Pied d’Alouette, Godetia à la mi-avril, Saponaire, Amarante, Lisianthus et Hortensia fin avril. A l’inverse, les disponibilités en Giroflée double s’amenuisent. Anémone et Renoncule terminent assez brutalement leur saison 2016/17 à la mi-avril. Les derniers lots de Tulipes sont proposés à la vente autour du 20 avril.



Mars 2017 :Une activité régulière animée début mars par la fête des Grands-Mères

(mise à jour au 1er avril)

Les principales fleurs en production, Renoncule, Tulipe coupée, Giroflée double, Anémone, Tulipe tirée, Arum, Freesia, Œillet de Poète, et Alstroéméria, sont toujours bien présentes sur leurs carreaux de vente respectifs. Au fil du mois, les premières Pivoines et Pois de senteur font également leur entrée sur le marché, suivis par le Tournesol, le Scille du Pérou, l’Ornithogale et la campanule. La Jonquille s’efface peu à peu et les Mimosa, Genet et Allium terminent leurs campagnes fin mars.
Le mercredi 1er mars, jour des achats pour la fête des grands-mères, la demande se révèle présente et intéressée permettant à la Jonquille et aux variétés jaunes de nombreuses espèces de se démarquer en enregistrant les cours les plus hauts. Ensuite, en l’absence d’autres fêtes, la demande est restée peu empressée face à cette offre abondante, en toute logique les cours s’orientent alors à la baisse.