Contenu

Fraise

Bilan de la campagne de FRAISES 2018

(mise à jour au 1er septembre 2018)

La campagne de vente de fraises 2018 est marquée par des volumes restreints comparés à 2017. Les mauvaises conditions climatiques qui ont sévi durant cette saison ont fortement perturbé le commerce. La campagne se caractérise par un commerce à deux vitesses, des soucis de qualité et une demande particulièrement frileuse et exigeante. Toutefois, les cours sont supérieurs à ceux de 2017.

La campagne fraise démarre mi-mars avec des volumes limités comparés à l’année 2017. Le froid qui a sévi sur la région a nettement freiné le mûrissement des fraises et gêné la mise en consommation. Les actions promotionnelles prises en fin de mois sur des prix bloqués engloutissent la majorité des quantités entraînant ainsi une baisse des cours. Les fêtes pascales dynamisent le commerce mais le manque de marchandise complique le marché.
En avril, la situation n’évolue guère avec une offre régionale qui tarde à se développer dans un marché atone. Les mauvaises conditions climatiques qui perdurent ne favorisent pas la demande avec des sorties insuffisantes. Il faut attendre la deuxième décade avec l’arrivée du beau temps pour retrouver une certaine dynamique. Le commerce s’accélère et les opérateurs recherchent même de la fraise. Le Sud-Ouest quant à lui connaît un retard dans sa production favorable à une très faible concurrence inter-régionale.
La 1ère quinzaine du mois de mai est marquée par des volumes restreints et une demande très présente. Les mauvaises conditions climatiques qui s’abattent à nouveau sur la région freinent le mûrissement du produit entraînant un nouveau déficit. Ce phénomène est encore plus prononcé en variétés Gariguette . Des problèmes de qualité sont rencontrés (pourriture) chez certains opérateurs qui connaissent des refus de marchandises. Ceci accentue encore le manque de fraises à commercialiser.
Dans la dernière décade de mai, les pluies incessantes freinent la consommation. A cela s’ajoute l’arrivée dans les rayons d’une offre en fruits à noyaux. En variétés standard, les mises en avant associées au télescopage de l’ensemble des régions de production pèsent sur les niveaux de prix. Quelques stations arrivent à tirer leur épingle du jeu avec des lots de très belle tenue mais avec des cours qui cèdent du terrain.
Dans les tous premiers jours du mois de juin, le commerce est compliqué. La demande est très attentive à la qualité sanitaire et gustative des fraises. Les pluies répétitives des semaines précédentes ont sévèrement altéré la tenue des fruits. A destination des marchés de gros, les transactions s’effectuent grâce à des concessions de prix importantes. La tendance s’inverse à compter du milieu de la 2ème semaine du mois. Les apports diminuent en fraise ronde standard et la clientèle retrouve un certain intérêt pour la belle qualité permettant ainsi aux cours de reprendre un peu de couleur.

Standard 2018
Gariguette 2018


Bilan de campagne 2017

(mise à jour au 1er octobre 2017)

Une campagne à deux vitesses entre fraises rondes et Gariguette
La superficie régionale de fraises de la campagne est estimée en hausse de 2 %, et la production quasi-stable. Les cours 2017 sont inférieurs de 5% à la moyenne quinquennale en fraises rondes et sont comparables à la moyenne quinquennale en gariguettes (sur la période mars à fin mai).
La campagne démarre mi-mars, conformément au calendrier habituel mais le marché peine à se mettre en place : la demande est peu positionnée sur le produit. L’offre augmente de façon rapide tandis que l’écoulement est faible, entraînant des reports de stocks. Les cours du mois de mars sont inférieurs de 5 à 10% à la moyenne quinquennale.
En avril, une embellie est observée autour des fêtes de Pâques, mais la demande redevient très attentive au prix ensuite. Le cours moyen du mois d’avril est cependant comparable à la moyenne quinquennale.
Au cours du mois de mai, le commerce se dynamise notamment en fraise Gariguette, recherchée des opérateurs. La campagne se prolonge avec des fraises de fin de saison dans un contexte commercial porteur.
Au cours de la 2ème quinzaine de juin, la campagne se termine en fraise avec une situation un peu plus difficile qu’en début de production. En effet, le climat très chaud a avancé l’entrée sur le marché de nombreux fruits. Ainsi, la fin de campagne de commercialisation de la fraise se télescope avec la cerise notamment.

png - 55.1 ko
png - 55.1 ko



Lien vers le bilan national de campagne