Contenu

Fraise - année 2020

Fraise : faibles volumes, cours élevés

(mise à jour au 1er juin 2020)

En mai, l’offre régionale diminue, dans l’attente des volumes de fraises remontantes. La hausse des températures et la pluviométrie importante dégradent la qualité des produits et accroissent la pression de la mouche drosophile Suzukii. Un rigoureux travail de tri est alors nécessaire sur les lots fragiles. De plus, la crise du Covid-19 complique toujours les conditions de récolte.

Les ventes sont rapides en raison notamment de la faiblesse des volumes disponibles. Les volumes sortis des stations d’expédition au cours du mois sont estimés en baisse de près de 20 % par rapport à ceux de mai 2019 mais les cours sont nettement supérieurs sur la même période : + 26 % en Gariguette et + 34 % en variété ronde.

Début avril, les cours enregistrent des hausses significatives permettant la sortie de crise conjoncturelle. Pendant la majeure partie du mois, les récoltes sont limitées par les températures fraîches, et la demande, très dynamique, n’arrive pas à être totalement couverte. Les fêtes pascales accentuent encore le dynamisme du marché. Le marché de la fraise reste soutenu et la production française très sollicitée.
En dernière décade, la météo maussade freine la demande et pénalise la tenue du produit. Un tri rigoureux est alors nécessaire sur les lots fragiles, occasionnant des coûts de main-d’œuvre additionnels. Les prix au détail sont en outre élevés et contribuent à ralentir la consommation.
Le cours moyen en avril en Gariguette est supérieur de 9 % à celui de 2019 et de 6 % à la moyenne quinquennale. Cette hausse est plus marquée pour la variété ronde standard : le cours moyen est supérieur de près de 16 % à celui de 2019 et de 7 % à la moyenne quinquennale.

En mars, la campagne de la région Sud-Est démarre réellement autour du 10, quelques jours avant le confinement.

Avec une offre encore limitée notamment en fraise ronde, le commerce est lent et essentiellement porté par les centrales d’achats dans le contexte de crise sanitaire. L’activité des marchés de gros s’est en effet fortement réduite suite aux mesures de fermeture des restaurants et de collectivités. Seule la variété Gariguette bénéficie, à cette période, d’actions promotionnelles des GMS qui dynamisent quelque peu le marché, par ailleurs peu positionné sur le produit français.
Les metteurs en marché sont inquiets de cette situation et des conséquences possibles pour les produits de printemps : la consommation se focalise dans un premier temps sur les produits de première nécessité et non sur les « achats plaisir ». Les acteurs de la filière déplorent, d’une part, la trop forte présence en magasins de la fraise espagnole au détriment de la production nationale et, d’autre part, les prix très élevés proposés aux consommateurs.
Les cours baissent régulièrement sans pour autant stimuler les achats. En seulement quelques jours, le produit perd la moitié de sa valeur. Les fraises sont annoncées en crise conjoncturelle par FranceAgrimer à partir du 20 mars. Malgré les limitations de récolte (blanchiment des serres), les ventes restent difficiles et certains opérateurs sont alors contraints de jeter des fruits. Enfin, dans la dernière décade, un courant de commandes se met en place au fur et à mesure que les centrales d’achat basculent sur l’offre française. La reprise des ventes se confirme dans les derniers jours de mars avec l’installation des têtes de gondoles. Les cours amorcent d’abord une stabilisation par élimination des prix les plus bas puis repartent à la hausse.

En Gariguette, les cours sont inférieurs de 14 % à la moyenne quinquennale. Cette baisse est encore plus marquée pour la variété ronde standard, dont les cours sont inférieurs de 26 % à la moyenne quinquennale.
Fraise standard 2020
Fraise Gariguette 2020


Voir les bilans agricoles annuels de la région PACA
Voir les études et bilans sur les légumes en région PACA
Voir le dernier bilan de campagne national sur la fraise