Contenu

Grandes cultures 2019

Grandes cultures : une petite production marquée par un enchaînement d’aléas climatiques

(mise à jour au 1er octobre 2019)

La production globale de céréales est en baisse légère de -3 %. Les surfaces de céréales reculent de 9 %, sous l’effet de la chute de la sole de blé dur (-38 %), dont les prix des contrats diminuent. Les fréquentes pluies automnales de 2018 ont retardé les semis de céréales d’hiver, et pénalisé les rendements. La canicule a ensuite réduit les rendements des cultures d’automne : maïs, tournesol, soja et, dans une moindre mesure, le riz.

La campagne 2018/2019 de grandes cultures cumule les difficultés météorologiques. Elles commencent dès la fin de l’année 2018, très humide, aux pluies incessantes et abondantes, perturbant les semis d’automne. De nombreux emblavements sont donc repoussés en janvier, en semis tardifs, moins productifs.

Ensuite, une longue période de sécheresse, entre janvier et mars (8 jours de pluie sur 100 jours) entraîne une pousse lente et irrégulière des semis de janvier et ne permet pas une bonne valorisation de l’azote.

Entre avril et juin, le retour d’une météo clémente permet une bonne croissance et un bon remplissage des grains avant que la campagne ne se termine par un épisode de canicule fin juin. Cet épisode n’a cependant pas d’impact sur les céréales, arrivant après la moisson des orges et sur des grains de blé remplis.

Les récoltes de blé tendre sont en hausse de 29% mais en baisse de 37% pour le blé dur par rapport à l’an passé. Leurs rendements sont estimés à 34q/ha au niveau régional (contre 30q/ha en 2018). La qualité en blé dur est excellente cette année. Le contexte conjoncturel difficile du blé dur incite les agriculteurs à trouver des alternatives économiques. Certains se tournent alors vers l’orge, culture qui a le moins souffert du contexte météorologique de cette campagne et dont les surfaces cultivées dans la région augmentent de près de 16 %.

Les emblavements en riz sont en hausse de 19 % pour atteindre 11 200 ha. La levée en riz a été compliquée avec une alternance de températures chaudes et froides.

La culture du colza est toujours dans une situation difficile. Si les surfaces ne baissent pas cette année, avec 1 300 ha d’intention de semis, beaucoup de surfaces n’ont pas été semées voire ont été retournées en raison des mauvaises conditions d’implantation. Les rendements sont de 19,7q/ha soit en baisse de 9%.


Voir les bilans agricoles annuels de la région PACA