Contenu

Lavande - Lavandin - Sauge sclarée

Bilan de campagne 2017

(mise à jour au 1er avril 2018)

L’irrigation a joué un rôle déterminant pour la récolte 2017 affectée par la sécheresse

En 2017, les lavandiculteurs sont préoccupés par le gel d’avril et par la persistance de la sécheresse sur les plateaux qui occasionne une forte mortalité des plants et des arrachages anticipés. La très faible pluviométrie et les températures élevées à partir de mi-mai ont en effet contribué à un assèchement remarquable des sols superficiels, qui approche les valeurs record de 2003 et 2006. Cet état des sols a perduré sur une grande partie de l’année. Dans les zones de production non équipées en système d’irrigation les rendements sont en conséquence en forte baisse.
La forte baisse des rendements en lavande et lavandin est en partie compensée par l’augmentation des surfaces. Dans un marché globalement porteur, les surfaces de lavande et lavandin ne cessent de progresser : près de 2 % par an en moyenne annuelle depuis 2011 pour atteindre 15 600 ha en 2017.
Les cours du lavandin sont stables, de 23 à 44 €/kg d’essence selon les variétés. À l’inverse, le marché de la lavande est plus difficile avec des cours hauts qui entraînent un report des opérateurs vers l’origine bulgare.
Les surfaces en lavandin progressent de 16 % par rapport à la moyenne 2012-2016, s’établissant à 12 600 ha en PACA. La récolte de lavandin est cependant en baisse de 2 % dans les les Alpes-de-Haute-Provence et de 4 % dans le Vaucluse, du fait de la baisse des rendements.
Le marché des huiles essentielles pour le lavandin Grosso progresse de près de 5 %. Il représente représente 88% du tonnage produit en lavandin et la demande reste importante. Les cours des variétés Abrial (4% du tonnage) et Super (3 % du tonnage) restent stables respectivement à 34 € et 45 € le kg d’essence. Leurs cours avaient fortement augmenté en 2016.
La lavande est présente sur une superficie de 3 000 ha en région. Cette superficie progresse de 11 % par rapport à la moyenne 2012-2016. Au même titre que le lavandin, la récolte de lavande est estimée en baisse de 15 % dans les Alpes-de-Haute-Provence et de 3 % dans le Vaucluse.
Les marchés de la lavande profitent des mauvaises campagnes bulgares, elles aussi victimes du gel. Les cours restent bien orientés. Ceux de la lavande Clonale progressent de 25 %, alors que les cours de la lavande de Population baissent de 4 %, s’établissant à 120 €/kg. Ces derniers restent toutefois très élevés et entraînent un report des opérateurs vers l’origine bulgare.

Bilan de la campagne 2016

(mise à jour au 1er février 2017)

Une année globalement correcte pour les plantes à parfum, aromatiques et médicinales
Tirées par un marché porteur, les surfaces plantées en PAPAM, 19 000 ha dont près de 15 500 ha en lavande et lavandin, continuent leur progression en 2016 (+4 %).
Les volumes récoltés en 2016 en lavande et lavandin sont satisfaisants, même si sur la principale zone de production du plateau de Valensole les rendements sont moins élevés que ceux de 2015, exceptionnels.
Les conditions climatiques particulières avec un printemps humide en mai et juin et un été très sec ont affecté partiellement la production de lavande et lavandin. L’irrigation a joué un rôle déterminant durant toute la campagne.
La production 2016 de lavande augmente de 13 %. Du fait de l’augmentation des surfaces plantées, la récolte de lavande fine est en forte progression. Le dépérissement ne montre pas d’évolution et les situations sont très variées selon les variétés et les zones de production. La production recule sur certains secteurs de Valensole qui font face à une recrudescence du dépérissement. De plus, la sécheresse post-récolte qui affecte certaines parcelles aura des conséquences probables pour la campagne 2017.
Le marché de la lavande fait face à de fortes tensions en raison de la concurrence des productions bulgares, dont le poids s’amplifie d’année en année, et des mises en marché supplémentaires. Attirés par les prix attractifs de l’huile essentielle, de nombreux producteurs ont intégré la culture de lavande dans leur système de production. En 2016, la production d’huile essentielle de lavande bulgare est estimée autour de 250 tonnes, soit trois fois plus que les quantités françaises.