Contenu

Pêche - Nectarine

Bilan de campagne 2017

(mise à jour au 1er décembre 2017)

Une année finalement dans la moyenne, avec des marchés à l’équilibre, malgré précocité et canicule

Pour la pêche comme pour bon nombre d’autres fruits, l’année 2017 est marquée par une précocité de production et des à-coups de mûrissement au cours de l’été. Mais la pêche résiste mieux à ce calendrier atypique grâce à des volumes relativement maîtrisés, une offre en adéquation avec les attentes des consommateurs, ainsi qu’une belle qualité gustative.
La production régionale est estimée en hausse de 8 % par rapport à l’an passé : 13 % en pêches et +2 % en nectarines. Globalement, le gel d’avril a eu peu d’impact sur la récolte. Dans certains secteurs, le gel a même permis un éclaircissage naturel.
La campagne démarre de façon précoce avec une dizaine de jours d’avance en juin. La pêche trouve sa place sur les rayons des grandes surfaces sans difficulté, les volumes attendus étant contenus et la concurrence espagnole peu présente. Dans la 2ème quinzaine de juin, les températures particulièrement chaudes bloquent la maturité et le grossissement des fruits, limitant les calibres alors que parallèlement la météo estivale dynamise la consommation. La pêche et la nectarine font ainsi partie des rares produits qui passent le mois de juin sans difficulté sur les marchés, soutenues par une demande en recherche de pêche ronde française.
Le mois de juillet est caractérisé par une offre inférieure à la demande sur les fruits de calibres A et AA, qui soutient les cours. La demande reste en effet active sur les gros calibres tout au long du mois. A l’inverse, l’offre est supérieure à la demande en fruits de calibre B, nombreux cette année. Ce phénomène est sans doute lié à des éclaircissages tardifs au printemps et aux fortes chaleurs du mois de juin qui ont bloqué le grossissement des fruits. Le cours moyen du mois de juillet est comparable à la moyenne quinquennale en calibre A et inférieur de 10 % en calibre B.
En août, la campagne entre dans sa dernière phase. Les arbres sont bien chargés et les calibres sont beaux. Il n’y a pas de problème sanitaire majeur sans doute en raison du climat chaud et sec.
Le marché se maintient à l’équilibre, mais la difficulté à écouler les plus petits calibres demeure.
La récolte prend fin mi-septembre, de façon précoce, avec le rafraîchissement des températures sur la France.
Pêche jaune 2017
Nectarine 2017

Pour lire le bilan national


Bilan de campagne 2016

(mise à jour au 1er janvier 2017)

La meilleure campagne de ces cinq dernières années

Avec des niveaux de prix élevés, des tonnages importants en fin de saison et une qualité gustative irréprochable à partir de mi-juillet, cette campagne est, pour les producteurs de Provence-Alpes-Côte d’Azur, la meilleure campagne depuis cinq ans.
La campagne 2016 s’inscrit dans un contexte de faible concurrence européenne et nationale. Les volumes espagnols affichent une baisse de 22 %, et la production française est inférieure de 15 % à la moyenne quinquennale du fait de dégâts importants dans les vergers de la Drôme.
En PACA, la production régionale est quasi stable par rapport à 2015. Les surfaces sont en recul de 4 % sous la pression de la sharka, mais la hausse des températures de l’été a favorisé les calibres et les rendements. Le nord des Bouches-du-Rhône a cependant subi du gel en mars sur les secteurs de Barbentane, Eyragues, Graveson, Maillane, Noves, Châteaurenard, St-Pierre-de-Mézoargues et Tarascon.
La campagne démarre timidement en juin avec une météo fraîche qui ne favorise pas la consommation et une demande orientée vers la pêche espagnole, retardant la mise en place des pêches françaises en GMS. Fin juin, la situation s’améliore, les températures estivales dynamisent le marché et l’écoulement de la production régionale.
En juillet, la stratégie de la grande distribution s’inscrit dans un mouvement de mise-en-avant des produits français très favorable aux producteurs locaux de pêches/nectarines. Les prix sont supérieurs de 15 % à la moyenne quinquennale en juillet et de 20 % en août en calibre A. En septembre, la persistance du temps estival sur l’ensemble de la France prolonge la consommation et le déclin des disponibilités favorise la fermeté des prix. La fin de campagne est exceptionnellement fluide, avec des prix supérieurs de 30 % à la moyenne quinquennale.


Pèche Jaune 2016

Nectarine 2016

Pour lire les derniers bilans nationaux