Contenu

Pomme - saison 2018-2019

Pomme : Marché calme : atone à l’intérieur et très concurrencé à l’export

(mise à jour au 1er mars 2019)

En février sur le marché national de la pomme, l’activité est particulièrement calme en raison des congés scolaires d’hiver et de la présence des agrumes, notamment la Clémentine, qui pèsent sur les ventes. Malgré les actions promotionnelles, avec la mise en avant de la Pink Lady mi-février (Saint Valentin), l’approvisionnement sur le marché intérieur porte sur de faibles volumes. La demande reste particulièrement axée sur les petits calibres en Golden et Bicolores (Gala et Braeburn).
A l’export, le flux de ventes est également insuffisant à l’export, avec un marché fortement concurrencé par la présence de pommes polonaises et italiennes. Seules les variétés clubs continuent de bénéficier d’une demande présente et régulière à destination de l’export et grand export (maritime).Les premiers volumes en provenance de l’Hémisphère Sud sont annoncés dès la fin février.
Les cours, bien qu’inférieurs à la campagne précédente à période équivalente, sont toujours supérieurs à la moyenne quinquennale, surtout en Golden (supérieurs de 32%).

En janvier, la demande de pommes reprend après la trêve des fêtes de fin d’année. Quelques actions de mise en avant par la grande distribution sont engagées afin de relancer l’activité, principalement en Golden. Le manque de petit calibre en Golden et Bicolore freine la demande des centrales d’achat dont les ventes sont exclusivement en sachet.
Les niveaux de prix demeurent stationnaires avec toutefois une légère hausse en Gala suite à l’ouverture des chambres sous atmosphère contrôlée. Les prix sont supérieurs à la moyenne quinquennale de 14 % à 22 % selon les variétés.
À l’export, la vive concurrence de l’Italie et de la Pologne, à des prix attractifs, pèse sur le marché, notamment vers l’Europe du Nord et le Moyen-Orient pour la Golden. En Granny, des problèmes de conservation limitent les sorties vers le grand export maritime et entraînent des négociations de prix à la baisse. Les variétés « club » continuent de générer une activité régulière et soutenue tant sur le marché français qu’à l’export.

En décembre, le mouvement social des gilets jaunes freine le commerce de la pomme dans la région durant tout le mois de décembre. Les filtrages routiers perturbent principalement les sorties à destination du marché national (1/3 du marché de la pomme) et plus particulièrement vers la grande distribution. L’écoulement est meilleur vers les marchés de gros qui bénéficient d’un report d’activité en conséquence des blocages.
L’export et le grand export sont peu impactés, avec une demande surtout positionnée sur les variétés ’’club’’ de type Pink et Granny.
Dans ce contexte, et avec l’espoir d’une reprise de la consommation après les fêtes de fin d’année, les opérateurs attendent le mois de janvier pour ouvrir les chambres sous atmosphère contrôlée (AC).
Malgré cette ambiance morose et la concurrence des autres pays européens, les prix se maintiennent à des niveaux satisfaisants du fait de l’offre réduite cette année. Les cours de décembre 2018 sont supérieurs à la moyenne quinquennale : +11 % en Gala et Granny, +22 % en Golden.

La production régionale, toutes variétés confondues, est estimée en recul de 2 % par rapport à la campagne 2017, déjà faible. Il s’agit du plus bas niveau de production atteint sur la région sur ces dix-huit dernières années. Le rendement moyen est inférieur de 15 % à la moyenne quinquennale du fait des conditions météorologiques atypiques de l’année. En effet, la pluviométrie excédentaire au printemps et les épisodes orageux accompagnés de grêle survenus cet été ont généré des pertes, sous la forme de chutes physiologiques, faible grossissement des calibres ou présence de « russeting ». On observe également actuellement un phénomène de « bitter pit » lié à une carence de calcium ayant pu être engendré par les fortes températures de cette fin d’été. Ce phénomène est observé après récolte, au moment de la mise en conservation. Par conséquent, de nombreux volumes sont déclassés et envoyés vers l’industrie, confirmant leur hausse par rapport à l’an dernier.

Fin novembre, le stock de pommes est supérieur de 7 % à moyenne triennale à période équivalente. Le stock régional de Golden est légèrement supérieur à l’an passé à cette date (+3 %) et s’explique à la fois par l’offre limitée de cette campagne (-4 % par rapport à 2017) et la faiblesse des sorties (-34% en novembre). En Gala, les stocks sont supérieurs (+17 %) à l’an passé à la même date, et traduit la baisse des ventes depuis le début de la campagne.

En novembre sur les marchés, l’activité est particulièrement réduite. Alors que les opérateurs comptent sur la mise en commercialisation des variétés « Club » pour dynamiser la demande, les annonces de blocages et autres filtrages routiers par les gilets jaunes, dès le 17 novembre, perturbent les commandes. De nombreuses centrales d’achats reportent en conséquence leurs commandes. L’activité est meilleure en direction des marchés de gros, beaucoup moins impactés par les mouvements sociaux. A l’export, la forte concurrence des autres pays européens (Italie, Allemagne, Pologne) participe aussi au ralentissement de l’activité.


En octobre
, malgré l’élargissement de la gamme variétale, la demande est peu présente sur le marché intérieur. La persistance du beau temps et les congés scolaires en 2ème partie de mois ne sont pas propices à la consommation. Seules quelques actions promotionnelles en grande surface permettent de maintenir un flux de ventes régulier avec un intérêt de la demande particulièrement axé sur le sachet pour la Gala et la Golden.
L’activité sur les marchés européens et vers le grand export maritime est également peu dynamique. L’écoulement est insuffisant et inférieur à la campagne précédente. L’offre accrue provenant de Pologne, d’Allemagne, des Pays-Bas et d’Italie pèse sur le marché et génère une pression sur les cours, particulièrement en Gala.
Les cours sont en baisse par rapport au mois précédent, mais restent au-dessus de l’an passé et de la moyenne quinquennale en Golden et Granny. Ils sont particulièrement difficiles à maintenir en Gala.

En septembre, la gamme variétale s’élargit avec la commercialisation des variétés Golden, Granny, Canada grise, Reine des Reinettes et Rouge. Le marché est lent avec un volume de vente qui reste insuffisant tout au long du mois. La persistance de la météo estivale et la vive concurrence inter-régionale limitent la demande.
A l’export, le marché reste difficile en raison de la précocité de la récolte européenne. Vers le grand export, la maturité avancée et la vive concurrence des Pays de l’Est pratiquant des prix attractifs, pénalisent les ventes.
En Golden, la faible production annoncée sur un grand nombre de bassins de production et le faible niveau de stocks antérieurs favorisent la fermeté des prix.
Les volumes à destination de l’industrie sont en hausse notamment en Golden en raison du russeting.
L’état sanitaire a pu être maîtrisé dans son ensemble, à l’aide notamment des filets de protection. Filets dont l’installation est de plus en plus répandue afin de favoriser également la conversion à l’Agriculture Biologique.

En août, les aléas climatiques impactent la campagne de pomme. Si d’importants dégâts sont évités grâce aux filets, la grêle engendre néanmoins quelques pertes dans plusieurs départements. Les températures caniculaires des mois de juillet et d’août freinent en outre le grossissement des fruits, affectent la coloration des variétés Gala et de nombreux cas de « russeting » sont observés en Golden. La production orientée vers l’industrie devrait augmenter cette année en raison de la qualité hétérogène des fruits (aspect visuel).
Sur les marchés, la campagne démarre réellement mi-août. Le début de commercialisation est lent avec une mise en place difficile en Gala. Hormis les engagements, la demande est peu motivée et surtout orientée vers les autres fruits de saison.
A l’échelle européenne, la récolte des pays du nord de l’Europe (Allemagne, Bénélux) se révèle précoce. Le manque de consommation et la commercialisation précoce de ces pommes concurrentes gênent la mise en place du marché export pour les pommes de Provence. Dans ce contexte les cours chutent rapidement, particulièrement en Gala, qui constitue l’essentiel de l’offre en août.
Seule la Reine des Reinettes, variété qui connaît une campagne courte et dont les apports sont plus faibles qu’en Gala, réussit à maintenir son cours.

Fin juillet, la campagne s’amorce en PACA. Après une belle floraison, les fruits et les calibres sont globalement satisfaisants. Des problèmes de fécondation et de nouaison ont été signalés sur certains secteurs en Golden en raison des fréquentes pluies de printemps, mais ne devraient pas impacter significativement les autres variétés. La charge des arbres est bonne dans la plupart des variétés, sauf en Golden dont les rendements devraient être réduits.

En juin, on note un retard végétatif d’une dizaine de jours. La floraison est belle mais la pluviométrie abondante des mois de mai et juin serait responsable de chutes physiologiques, de coulures et de l’apparition de tavelure et autres maladies cryptogamiques.
Un faible éclaircissage est prévu. La charge est bonne pour la majorité des variétés, excepté en Golden où les rendements devraient être inférieurs à la normale quinquennale.

Golden 2018-2019






Voir les bilans agricoles annuels de la région PACA
Voir les études et bilans sur les fruits en région PACA
Voir le dernier bilan de campagne national sur la pomme