Contenu

Raisin de table - année 2018

Raisin de table : Activité calme, perturbée par les blocages routiers

(Mise à jour au 1er décembre 2018)

En novembre, le commerce du raisin de table est particulièrement calme : en début de mois le manque de mise en avant pénalise fortement les ventes. L’arrivée des petits agrumes sur le marché accentue le phénomène avec une consommation qui se détourne doucement du produit. Cette situation perdure jusqu’en milieu de mois.
A partir du 15 novembre, les commandes s’activent pendant quelques jours : les opérateurs anticipent les blocages à venir des « gilets jaunes » et accroissent leurs achats. Les cours se raffermissent alors. Mais très vite, l’activité retombe, fortement touchée par ces blocages qui perdurent et qui affectent les ventes au détail. Les opérateurs se retrouvent face à des complications logistiques qui touchent l’ensemble des destinations. Les réassorts sont ralentis voire annulés. Les cours restent fermes mais sont inférieurs de 25 % en Muscat par rapport à 2017.

Les volumes de raisin frais sont en baisse dès le début du mois d’octobre, et ce de manière plus marquée en Lavallée. Le raisin de longue conservation prend alors le relais notamment dans cette variété.
En Muscat frais, le commerce est assez actif vers les GMS, porté par les nombreuses mises en avant. A l’inverse, les marchés de gros sont peu dynamiques avec des volumes de vente faibles. La transition entre frais et frigo n’est effective qu’à partir de la deuxième décade. L’écoulement est relativement fluide avec une demande bien positionnée et des cours particulièrement élevés. Vers le 15 octobre, la concurrence avec le Sud-Ouest est vivement ressentie en Muscat, avec des prix nettement plus bas en frais limitant alors les sorties en longue conservation (plus cher). Très vite, le commerce subit un ralentissement. Les opérateurs écoulent moins de quantités et les prix sont discutés pour les mises en avant des semaines à venir. L’arrivée des petits agrumes, associée à une consommation quasi absente de raisin commencent à gêner les ventes. Cette situation perdure jusqu’en dernière semaine du mois avec une activité qui redémarre cependant en Muscat grâce à de nouvelles mises en avant. Le Muscat AOC est même particulièrement recherché.
Les volumes diminuent logiquement et une majorité d’opérateurs devraient terminer dans le courant du mois de novembre.
Le cours moyen d’octobre est supérieur à la moyenne quinquennale en Muscat et Lavallée.

Le mois de septembre est marqué par un manque de dynamisme sur les marchés. Les volumes sont en hausse et la mise en longue conservation n’est pas suffisante pour réguler correctement le marché. Les vives concurrences des raisins blancs italiens et du Sud-Ouest freinent l’écoulement en Danlas qui rencontre alors des difficultés de commercialisation. Seul le Lavallée dont les quantités restent restreintes connaît un intérêt plus prononcé mais avec des prix qui se réajustent à la baisse.
Globalement, l’offre en frais est importante et ce, malgré la mise en frigo qui s’accélère pour la plupart des opérateurs. Les opérateurs accélèrent en effet la mise en longue conservation afin de réguler les apports en frais et éviter un engorgement des stations.
Les cours sont inférieurs à la campagne précédente mais néanmoins supérieurs à la moyenne quinquennale de 15 % en Muscat et de 10 % en Lavallée.

Raisin Muscat 2018




Voir les bilans agricoles annuels de la région PACA
Voir les études et bilans sur les fruits en région PACA
Voir le dernier bilan de campagne national sur le raisin